1940 De L'abime a L'esperance by Gallo Max

By Gallo Max

392pages. in8. Broché.

Show description

Read or Download 1940 De L'abime a L'esperance PDF

Best french_1 books

Sans-papiers : l'archaïsme fatal

Bien que les médias ne lui portent qu'un intérêt à éclipses, l. a. query des sans-papiers est désormais posée de façon permanente à los angeles société française et à l'Europe. Et ce ne sont pas les régularisations partielles et temporaires intervenues ces dernières années qui peuvent laisser espérer une resolution.

Maurice Blanchot

With no Maurice Blanchot, literary concept as we all know it this present day could were unthinkable. Jacques Derrida, Paul de guy, Michel Foucault, Roland Barthes, Gilles Deleuze: all are key theorists crucially prompted via Blanchot's paintings.

Additional resources for 1940 De L'abime a L'esperance

Sample text

J’ai lu Mein Kampf », dit de Gaulle à un groupe de parlementaires anglais venus visiter le camp d’entraînement de Blamont où de Gaulle forme les équipages des chars. � Messieurs, nous avons perdu la guerre, continue-t-il d’une voix forte.  » Il dévisage ces honorables membres de la Chambre des communes qui piétinent dans la boue et s’étonnent, se scandalisent de ses propos. � Les chars allemands ne passeront pas la Manche, reprend de Gaulle. Les Américains et les Russes entreront dans le conflit.

Il a l’impression de se trouver dans un couvent. Il s’étonne. Le général Gamelin a choisi de partager son quartier général en trois : au sien s’ajoute celui du général Georges à La Ferté-sous-Jouarre, le plus à l’est ; et celui du général Doumenc et les services administratifs sont à Montry. Comment peut-on commander en chef dans ces conditions ? De Gaulle s’éloigne, mal à l’aise. Il respecte l’intelligence, l’esprit de finesse, l’estime de soi de ce grand chef, mais Gamelin s’apprête dans son « cloître à assumer tout à coup une responsabilité immense en jouant le tout pour le tout sur un plateau » que de Gaulle estime mauvais.

Mais les gouvernants n’en parlaient plus ou alors ils les invoquaient pour justifier la nouvelle guerre. Mais eux, les anciens combattants de la Première Guerre mondiale, ils marchaient sans enthousiasme, comme dans un cauchemar. Il fallait donc « remettre ça », la guerre, le massacre. Ils songeaient à ces camarades tombés dans des offensives inutiles puisque tout recommençait : Déjà la pierre pense où votre nom s’inscrit Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places Déjà le souvenir de vos amours s’efface Déjà vous n’êtes plus que pour avoir péri[1].

Download PDF sample

Rated 4.39 of 5 – based on 32 votes