Economie et société : Tome 2, l'organisation et les by Max Weber, Julien Freund, Pierre Kamnitzer, Pierre Bertrand,

By Max Weber, Julien Freund, Pierre Kamnitzer, Pierre Bertrand, Eric de Dampierre, Collectif

Show description

Read Online or Download Economie et société : Tome 2, l'organisation et les puissances de la société dans leur rapport de l'économie PDF

Similar french_1 books

Sans-papiers : l'archaïsme fatal

Bien que les médias ne lui portent qu'un intérêt à éclipses, l. a. query des sans-papiers est désormais posée de façon permanente à l. a. société française et à l'Europe. Et ce ne sont pas les régularisations partielles et temporaires intervenues ces dernières années qui peuvent laisser espérer une answer.

Maurice Blanchot

With no Maurice Blanchot, literary concept as we all know it this day might were unthinkable. Jacques Derrida, Paul de guy, Michel Foucault, Roland Barthes, Gilles Deleuze: all are key theorists crucially prompted by way of Blanchot's paintings.

Extra resources for Economie et société : Tome 2, l'organisation et les puissances de la société dans leur rapport de l'économie

Example text

Aussi larges soient l'intérêt de l'individu à la « légalité» du contrat et l'intérêt commun des possédants à la protection réciproque de ce qu'ils possèdent, et aussi forte soit, même aujourd'hui, l'action que la convention et l'usage exercent, dans ce sens, sur l'individu, l'influence de ces forces a néanmoins énormément perdu de son importance par suite de l'ébranlement de la tradition, par quoi nous entendons aussi bien des états de choses forgés par la tradition que la croyance en leur caractère sacré.

Ce ne sont pas seulement des intérêts économiques qui sont garantis par le droit (toujours au sens sociologique du mot), mais des intérêts extrêmement variés, depuis ceux qui sont normalement les plus élémentaires, comme la protection de la sécurité de l'individu, jusqu'à des biens purement idéaux tels que l' « honneur» personnel et celui des puissances divines. , et d'une manière générale des situations sociales privilégiées de toute sorte. Ces situations privilégiées peuvent certes, avec la plus grande diversité, avoir des causes économiques ou une importance économique, mais, en elles-mêmes, elles ne sont ni de nature économique ni désirables nécessairement ou principalement pour des motifs économiques.

En effet, bien que les débuts des régularités de fait et des usages de l'activité communautaire restent toujours obscurs, les sociologues considèrent, nous l'avons vu, qu'ils surgissent par la voie de l'accoutumance à un comportement qui réalise une « adaptation» aux exigences de la vie, accoutumance due aux instincts et aux pulsions [Trieb]. A l'origine, ce comportement n'a pas résulté d'une réglementation codifiée, et il ne fut pas davantage modifié par une telle réglementation. Le rôle toujours plus important que jouent les prescriptions écrites n'est, de notre point de vue, qu'un élément particulière43 ment caractéristique de ce processus de rationalisation et de sociation qui tend à gagner du terrain dans toutes les activités communautaires et dans lequel nous observerons le moteur absolument essentiel de l'évolution dans tous les domaines de la vie communautaire.

Download PDF sample

Rated 4.85 of 5 – based on 49 votes